Talonnée par de nombreux préjugés, la cuisine du continent africain souffre, méconnue et critiquée pour sa présentation qui ne plaisent pas à tous. Il y a ceux qui clament qu’elle n’est pas noble, qu’elle est grasse, puis ceux qui disent qu’elle est trop épicée et sans règles particulières. Elle ne mériterait donc pas le titre de “gastronomie”, elle est peu présente sur les grandes tables (une situation qui s’améliore). Pourtant, la cuisine de chez nous ne dispose pas moins d’un large éventail de plats, de codes et de particularités. Si l’on se reporte à la définition de la gastronomie qui est l’art de la bonne chère qui prend en compte la quantité, la qualité, la préparation des mets, leur dégustation, et même la culture autour, la cuisine africaine, vaste et riche comporte bien plusieurs gastronomies ! Les clichés sur la cuisine africaine, ne deviennent-ils pas sans fondement ? Et attribués à tort ? L’article que nous vous partageons aujourd’hui est parti à sa rencontre et vous en livre les secrets.

 

La pluralité des cultures culinaires

Avec ses 54 pays, sa végétation diverse, ses climats différents et ses nombreuses ethnies environ 1000, l’Afrique présente une large pluralité lorsque l’on parle de cultures culinaires. Chacune influencée par l’environnement qui lui est propre. Dans ses marchés sur les étales s’entrechoquent des ingrédients colorés, goûteux et riches en nutriments. Çà et là, vous avez devant vous des légumes, fruits, tubercules, céréales de toutes sortes. Quant à ses épices, elles sont celles des plus appréciées dans le monde et se reconnaissent pour leur goût élevé. Sa cuisine variée présente de nombreuses recettes et boissons. Par exemple en Côte d’Ivoire, vous dégusterez les beignets appelés ‘’gnomi” (Trouvez une recette de gnomi ci). À Dakar une recette subliminale d’hibiscus vous attend ‘’le jus de bissap’’. Au Cameroun, attendez-vous au poulet dg, et le couscous tunisien une vraie merveille. 

epices Ivorianfood

@perfectimagecapture.co.uk

Des techniques de préparation, des codes de service et à table

 

Préparer un kédjenou, avec son ustensile de cuisson particulier, ne sera jamais pareil que la préparation du poulet yassa. Le jus de ‘’tomi’’ que vous buvez là à une préparation à étape qui faut respecter sinon vous n’aurez pas de ‘’le jus de tomi’’ (jus de tamarin). En Afrique, les recettes se lèguent de génération en génération. Beaucoup conservatrices, les cuisines africaines dans un souci d’originalité évitent au maximum de dénaturer un plat traditionnel (même si aujourd’hui certains les adaptent ou les fusionnent à d’autres cuisines). À table, la présentation des plats se fait dans un ordre précis. On ne présente pas un placali comme un plat d’akassa. Le tchep sénégalais se sert avec un agencement à respecter ! Des entrées il en existe comme la salade bassamoise de Côte d’Ivoire, des desserts aussi : le dèguè (lait caillé + mil) ou le banana bread du Liberia. La cuisine africaine a ses techniques de cuisson (le rôtissage, l’ébullition, la cuisson à la vapeur…), des ustensiles particuliers pour certains plats, des étapes pour les recettes, une disposition des mets (…). Ces spécificités qui la définissent et montrent son particularisme et son entièreté en tant que gastronomie.

Canari Ivorian food

L’impulsion nouvelle de la gastronomie africaine

 

Le temps passant, une nouvelle génération de chefs, fervents ambassadeurs de cette cuisine la représentent aujourd’hui à l’international. Il est possible de retrouver des produits issus de la gastronomie africaine dans les rayons des épiceries fines comme les petits pots de « l’apéro afro » de la marque Joe et Avrels ou encore le « chocolat ivoirien » d’Axel Emmanuel. Des événements dédiés à l’art culinaire du continent ont même vu le jour, à l’instar de We Eat Africa, un festival gastronomique. De nouvelles tendances comme l’afro fusion ou des restaurants ‘’haute gamme’’ dévoilent avec adresse et finesse de la gastronomie africaine dans ses plus beaux apparats et la servent sur les tables des plus fins gourmets.

Loic Dablé Ivorianfood

@Rfi

Même si de nombreux stéréotypes peignent encore l’horizon, forte de sa culture culinaire, l’Afrique peut se prétendre être une gastronomie. Il suffit juste de voir ce qu’elle propose et ce sur quoi, elle repose. Tout ceci est confirmé par l’engouement dont elle fait l’objet aujourd’hui. Nous souhaitons que tous, africains surtout, participons à son internalisation.

 

Vos commentaires Facebook

Commentaire