On a sillonné un peu les rues. On fait beaucoup d’enquêtes oh. On a voulu savoir pourquoi vous aimez garba comme ça. Enfant oh, jeune oh, adulte oh, vieux oh…Tous ( au moins 90%) raffolent de ce plat. Pourquoi autant de popularité autour du garba ? Un met simple composé de semoule de manioc et de poisson thon frit. Pour le comprendre on a commencé l’histoire au début. Si tu commences à lire, il faut terminer. Allez bonne lecture !

 

Naissance et popularité

 

Le garba est né dans les années 90, l’histoire raconte que c’est un nigérien qui eu la merveilleuse idée de faire un featuring entre l’attiéké et le thon. Son nom était “Garba ‘’. C’est un patronyme du Niger et pour lui rendre hommage le plat a gardé son nom. Hannnnnhannnnnnn, on comprend mieux maintenant. Ce met était vendu aux abords des cités universitaires. Il a connu un succès phénoménal grâce à son petit prix et sa forte consistance. Avec 300 fcfa, tu es rassasié et pour toute une journée. Très rapidement ce plat s’est répandu et a pris le coeur de tous.

Aujourd’hui, il est impossible de parler de la gastronomie ivoirienne sans y faire référence. C’est le met qu’il faut goûter au moins une fois quand on est en Côte d’ivoire, nationaux comme visiteurs. Non tu peux pas venir ici et louper ça ! Ce plat est composé de semoule de manioc ‘’attiéké” et s’accompagne de thon frit. On y rajoute de l’oignon, du piment souvent de la tomate et de la mayonnaise, sans oublier le petit cube d’assaisonnement à côté. Une fois tout en place, l’on le déguste avec les mains (on a bien dit les mains ‘’hein’’ ).

 

Mode de commercialisation du garba

 

Le ‘zéguen’ ou ‘guéro’ (autres noms du garba) est accessible à tous les coins de rue, où des hangars accueillent les clients affamés. Solo ou en groupe l’on va ‘’paumer’’ au ‘garbadrome’(hangars où l’on vend le garba) et cela chaque jour peu importe l’heure (pardon même si on a dit ça, il faut pas aller chercher garba à 23h). De la préparation à l’assiette le service est très souvent assuré par les hommes nigériens mais ces dernières années il n’est pas rare de croiser de jeunes ivoiriens vendeurs de garba.’’Emporté ou sur place’’ demande le ‘garbatigui’( vendeur de garba). On vous servira dans des assiettes en plastiques ou de larges feuilles ‘’d’attiéké’’ tout dépendra de votre choix. Une fois ton garba en place, trouve une place, respire bien et commence la dégustation de ce savoureux plat.

 

Le garba est aujourd’hui une identité de la cuisine ivoirienne. Il est adoré par ses consommateurs et a de beaux jours devant lui. Cependant il faudrait attirer l’attention de chacun sur l’hygiène autour de ce plat et surtout sa consommation souvent excessif. Il est bon de manger mais manger bien et sain est mieux.

Retrouvez la recette de garba ici !

 

Vos commentaires Facebook

Commentaire