Cancer du sein : évidement, plutôt que d’avoir à le traiter, le mieux serait de le prévenir. 1 femme sur 9 est touchée par ce fléau. Pour le prévenir, il faut le comprendre et il ne fait désormais aucun doute. Notre alimentation joue un rôle important dans notre santé. Mais qu’en est-il de son impact sur la survenue du cancer du sein ?

 

D’après le Docteur Espié, Responsable du sénopole à l’hôpital de Saint Louis à paris, on sait qu’une alimentation riche en fruits, en légumes et en bonne matière grasse est préférable à une alimentation riches en sucres et en graisses saturées.

Autant que se peut, il faut éviter les aliments qui concourent à l’obésité, au diabète ou encore au syndrome métabolique (obésité abdominale : tour de taille supérieur à 94 cm chez les hommes et 80 chez les femmes).
Les graisses accumulées constituent effectivement un réservoir d’hormones. La perturbation hormonale est à observée dans le développement d’un cancer du sein.
Aussi, certaines matières grasses que l’on peut retrouver essentiellement dans les produits ou les préparations industrielles (les matières grasses hydrogénées) causent plus à risque par rapport au développement d’un cancer du sein.
L’alcool augmente considérablement le risque de développer un cancer du sein car il interfère lui aussi dans le métabolisme hormonal.

Il faudrait donc privilégier un régime modérément calorique, très riche en légumes, en fibres, en flavonoïdes (ce sont des molécules très importantes en phytothérapie qu’on retrouve dans différentes parties des plantes au niveau des fruits, des fleurs ou des feuilles) et en bons acides gras.
Pour cause, les aliments riches en fibres sont protecteurs car ils vont permettre d’éliminer plus facilement certains lipides. Les fibres on donc un rôle de régulation dans le corps.
Toujours pour cause, les aliments riches en flavonoïdes sont anti-inflammatoires, antioxydants et protègent les vaisseaux, ce qui leur donne ce caractère antitumoral, c’est à dire qu’il prévient du cancer et de certaines maladies cardiovasculaires.

L’alimentation est responsable d’un cancer sur cinq. Il est donc très important de se questionner sur le contenu de nos plats. Nos plats sont des véritables melting-pot, des vraies alchimies, des vrais mélanges. Il n’y a peut-être pas de régime universel anticancer du sein, mais, il y a quand même un certains nombre d’aliments qui jouent un rôle important dans la prévention du cancer du sein.

On est ce que l’on mange : faisons donc attention à ne manger que de belles choses.

Vos commentaires Facebook

Commentaire