• Tantie ! Viens prendre aphrodisiaque là ! C’est 3 à 100 frs cfa ?

  • Mais je vais faire quoi avec ça ?

  • Mais la tantie il faut donner à tonton, ça va le réveiller ? Et puis toi même tu peux utiliser oh !

C’est comme ça que ce matin le tonton du quartier m’aborde. Celui qui vend les petits colas, cure-dents gouro, kankankan, gingembre… Il s’appelle ici ‘’tonton sexo’’. Bon c’est vrai que je connais l’histoire derrière ces « petites choses ». Mais ma grande curiosité venait d’être touchée. Dans la catégorie aphrodisiaque africain et surtout ivoirien certains de ces produits sont rois. Tonton sexo ne propose que des produits aliments naturels. Quand je lui demande pourquoi cela. Il me répond qu’il ne veut que le bien-être de sa clientèle et qu’en plus ils sont très efficaces. Je m’arrête, un instant,  je dois poser des questions. Comme le dit un proverbe ivoirien  » à même temps est mieux ».

Le soleil haut dans le ciel m’interpelle sur l’heure avancée. Je serai en retard mais le savoir me retient. Quand je m’avance vers lui, mon interlocuteur, le tonton du quartier, me montre plusieurs échantillons des produits qu’il a en main. Alors je lui dis tonton moi je veux savoir. Il faut tout me dire. De sa voix la plus suave sûrement cherche t-il à me convertir en cliente, il commence son speech : << ma fille moi mes produits sont bons je ne propose que le meilleur>>. “Hummmmmmmm, tonton je lui dis”. Mais il n’en démord pas. Par son regard je sens que l’argumentation arrive bientôt. Je me positionne, on saura tout aujourd’hui. “Tonton moi je suis pressée hein allons vite”. Je lui montre des produits et je demande son explication. On commence :

 

<< le gingembre que tu vois ici, est un excellent stimulant sexuel ! C’est un aliment qui contient du gingérol, voilà pourquoi le gingembre pique là, en plus cette substance stimule et revitalise ce qui facilite l’afflux de sang dans notre corps et permet ainsi d’avoir de meilleures érections. “Ahhhhh je comprends alors donc plus ça pique plus c’est chic. Le tonton là doit connaître les vrais trucs hein !”

Le petit cola quand à lui est aussi un aphrodisiaque, riche en caféine et en théobromine, il tonifie la virilité et redonner de la vigueur aux hommes sur le déclin. “Ah bon”, je demande. Oui et c’est pourquoi tu vois qu’il est très apprécié des vieux”. Donc nous les femmes ont peu en consommer aussi. “C’est bizarre hein mais, ce n’est pas pareil chez les femmes”.

Allons sur le Kankankan quant à lui est un mélange d’épices : piment, poivre, cannelle, moutarde, gingembre. C’est une épice qui habituellement accompagne viandes et poissons. Mais nous avons découvert qu’il est un excellent aphrodisiaque qui réveille mal mal. Vous pensez que nous les vieux là on aime notre choukouya avec kankankan là c’est gratuit ?

Et puis en bonus je vais te donner un petit secret tu vois le gombo non ? C’est aussi un aphrodisiaque, on mange mange mais on ne fait pas attention surtout lorsqu’il est préparé (cuit à la vapeur ou blanchi) et servi avec du jus de citron. Vas dire cela partout c’est moi tonton sexo je dit ça.>>

 

Me voilà donc perplexe face à cette révélation. Gombo nous on mange avec placali là. Avec un petit sourire en coin, il me regarde l’air ravi. Après toutes ces confidences je demande à Tonton sexo s’il a fait des études dans ce domaine qu’il dit maîtriser si bien. “Non, j’ai hérité cette connaissance de mon père”. À ma question de savoir si les quantités qu’il prescrit sont données en fonction du poids, de l’âge, de l’état de santé de ces ‘’patients’’. Ma tantie cela fait longtemps que je fais mon travail là, il faut pas t’inquiéter”.

 

Peu convaincue je me rends compte que les consommations ne sont pas surveillées. Vous devrez donc vous en tenir aux croyances locales et aux connaissances basées sur la médecine traditionnelle, qui leur accorde un certain crédit. Surtout consommez les avec modération et demandez l’avis de vos médecins même s’ils sont naturels des effets secondaires ne sont jamais loin surtout que vous n’êtes jamais sûrs de la provenance de ces aliments et de plus leur culture très souvent est exposée à des pesticides. 

Voilà pourquoi notre prochain article traitera de l’agriculture bio en Afrique. Ne le manquez surtout pas !

Vos commentaires Facebook

Commentaire